AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

i'm a hurricane (devinsky)


Partagez | .
 

i'm a hurricane (devinsky)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
esprit libre
avatar
◦ pseudo : margot, ça ira très bien.
◦ messages : 1
◦ avatar : bb heard.
MessageSujet: i'm a hurricane (devinsky)   Lun 5 Juin 2017 - 22:33


“ don't belong to no city, don't belong to no man
i'm the violence in the pouring rain, i'm a hurricane ”

@hurricane / halsey

Les talons hauts qui claquent sur le bitume, la veste passée sur le bras et le sac à main accroché à l'autre. T'es une femme plutôt sophistiquée, un peu froide, Joe, quand tu affrontes le monde. Loin de la jeune femme simple que tu es autrement dans la sphère privée. Tu presses le pas, rejoignant la berline sombre qui t'attend sur le parking. Tu jettes tes affaires sur le siège passager avant de t'installer dernière le volant. Encore une journée à courir dans tous les sens. Tu regrettes presque tes gardes à l'hôpital et les opérations de plusieurs heures – au moins, tout était parfaitement calé. Pas comme cet avocat à qui tu viens de rendre visite, qui s'est permis vingt minutes de retard et vingt minutes, c'est beaucoup trop dans une journée comme la tienne. Mais tu savais que c'était le prix à payer : t'éloigner de la ville pour trouver un cabinet qui n'aurait aucune relation avec celui d'Elliot. Parce que tu ne veux pas l'impliquer là-dedans, tu ne veux pas qu'il soit au courant, pas tout de suite du moins. Il serait bien trop tenté de jouer les super héros et tu n'as clairement pas besoin de ça. T'es une grande fille Joe, tu peux gérer ça toute seule, pas vrai ? La moteur ronronne après un coup de clé et te voilà sur la route, direction ton prochain rendez-vous, quelque chose de bien plus léger puisqu'il s'agit de retrouver une amie proche autour d'un café.

Quelques bouchons puis la route se fait plus fluide, jusqu'à s'ouvrir comme un boulevard devant toi. Tu en profites pour pousser un peu l'accélérateur, même au delà des limitations – tu n'es plus à une connerie près dernièrement, après tout. Mais les kilomètres défilent et quelque chose ne va pas. Une fumée grisâtre s'échappe des interstices du capot, te poussant à ralentir la cadence. « Fuck. » Que tu lâches, parce que t'avais vraiment pas besoin de ça, pas aujourd'hui. Tu te pinces les lèvres, consultant ton portable pour trouver le garage le plus proche. Par chance, tu n'es qu'à quelques centaines de mètres, tu forces donc encore un peu sur l'engin pour le rejoindre, dans l'espoir que quelqu'un puisse y jeter un coup d’œil rapidement. Tu te gares à l'entrée avant de descendre de la voiture, drapée dans toute ton élégance quand tu rejoins le grand garage. « Hum. Y'a quelqu'un ? » Que tu questionnes, cherchant en même temps du regard un mécanicien entre les outils et les carcasses de voiture. Peut-être que tu aurais dû passer par l'accueil avant, mais dans la précipitation, tu n'y as pas songé. Un soupir un peu exaspéré t'échappe devant le manque de réactivité, tu t'avances un peu plus, esquivant soigneusement les tâches d'huile par terre.

C'est là que tu le vois. Lui qui surgit de nulle part, les cheveux sombres et le regard toujours aussi pâle. Bien plus vieux et pourtant, tu le reconnais comme si tu l'avais quitté hier. « Pincez-moi je rêve. Odran Kavinsky. » T'en échappes un éclat de rire un peu nerveux. Parce que ta journée ne pouvait pas tourner pire encore. Sur tous les mécaniciens de la ville, il fallait que tu tombes sur lui, sur cet emmerdeur de première classe. Tes lèvres de carmin s'étirent dans un sourire un peu trop taquin, tu lui désignes ta voiture garée à l'extérieur. « Écoute je n'ai pas toute la journée, aurais-tu l'extrême gentillesse de voir ce qui se passe avec celle-ci ? Je roulais et elle s'est mise à fumer. » Tu hausses un peu les épaules, les mains toujours vissées sur les hanches en attendant qu'il réagisse. Il faut dire que tu es d'une telle amabilité Joe, c'est effrayant. Tu pourrais lui demander comment il va, ce qu'il devient, ce qu'il fait ici. Mais tu n'en fais rien. Tu fais comme s'il t'indifférait, parce que lui porter de l'attention, c'est déjà trop te demander. Elliot t'a dit tout ce que tu avais à savoir de toute façon.

_________________
    - cause i'm only human -
    You build me up and then I fall apart


    i can take so much, til i've had enough. cause i'm only human, and i bleed when i fall down, i'm only human and i crash and i break down. your words in my head, knives in my heart, you build me up and then i fall apart, cause i'm only human.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
référante
avatar
◦ pseudo : chaos.
◦ messages : 21
◦ avatar : jack o'connell
MessageSujet: Re: i'm a hurricane (devinsky)   Mar 6 Juin 2017 - 16:43


“ i'm gonna get you to burst just like you were a bubble
frame me up on your wall just to keep me out of trouble ”

@irresistible / falloutboy

Les écouteurs dans les oreilles, tu n’as besoin de rien ni de personne lorsque tu travailles sur une voiture. Avant même de décider d’en faire ton métier du moment, t’as toujours été le genre à vouloir te salir les mains, curieux et créatif, toujours une nouvelle idée pour arranger ou pimper un vieux modèle de char. Ce n’est pas la première fois que tu travailles comme mécanicien, mais c’est la première fois que tu le fais dans ta ville natale. Coeur d’Alene, c’est un point que tu quittes, mais comme un boomerang, tu finis toujours pas y revenir pour une raison ou une autre. Il y a toujours quelque chose qui t’emmène ailleurs, une idée farfelue, une envie de voir du nouveau et tu pars, pour des mois, parfois même une année parce que tu peux te le permettre. T’as aucune réelle attache à Coeur d’Alene, pas de fille qui t’attend – thank god for that – et puis ta famille te connaît assez bien pour savoir que tu n’es pas parti pour toujours. Alors tu découvres le monde ainsi, un boulot à la fois, une ville à la fois, et ce mode de vie, il te convient parfaitement Ça fait quelques mois déjà que tu es revenu et tu te plais bien dans ce métier où tu peux te salir les mains et partir dans ton monde lorsque tu travailles sur une voiture. Mais tu te connais assez pour savoir que ce n’est que temporaire. Les plus belles choses de la vie ne sont que temporaires après tout, pas vrai?

Tu n’entends pas que quelqu’un d’autre a mis les pieds, la tête cachée sous le dessus d’un véhicule, les jambes à peine sortie. C’est le bruit du claquement d’un talon sur le sol qui te surprend enfin, te force à sortir de ta cachette. Elle te fait dos lorsque tu te relèves. Elle te dit quelque chose, mais c’est seulement lorsqu’elle se tourne vers toi que tous tes doutes disparaissent. Évidemment que tu l’as connais, et elle aussi, elle te reconnaît, malgré les années qui sont passées. Son accueil est typique d’elle et ça t’arrache un sourire un peu fendant qui se pose sur tes lèvres. « Desmarais. Toujours aussi sexy, ça fait plaisir de te revoir aussi dis-donc. » Ton regard ne quitte pas le sien, elle te semble tendue, la belle blonde, mais tu ne dis rien, amusé par une énième coïncidence de ce bas monde. C’était exactement comme croisé l’autre Desmarais, Elliot dans une soirée il y a pas si longtemps. Gamins, vous aviez été amis pour la simple et bonne raison que vous étiez voisins. Avec les années, vous avez rapidement compris que vous n’aviez plus grand-chose en commun et vous n’avez pas été du genre à vouloir garder contact. Mais vous êtes civils, vous êtes capables de vous parler, de vous raconter les nouveautés une fois de temps en temps. Alors tu savais que Joe, elle était devenue une chirurgienne, plutôt renommée dans son domaine. Tu savais qu’elle avait quelqu’un dans sa vie depuis plusieurs années, mais ça ne t’empêchait pas de laisser tes yeux admirer tout ce qu’elle avait à offrir dans cette robe trop straight pour la blonde.

Tu ne peux t’empêcher de rire légèrement alors que la jeune Desmarais commence à s’énerver, pressée comme bien des clients avant elle. Apparemment, c’est une mode de ne pas vouloir être séparé de son véhicule pour plus que quelques minutes, comme si ça ne prenait que ça pour trouver le problème et le régler. Plutôt que de faire ce qu’elle te demande – même si t’aurais bien le temps en fait – tu décides de jouer un peu avec les nerfs de la blonde. Après tout, elle semble vachement avoir besoin de relaxer. « Perso, j’ai pas l’temps là parce que tu vois, t’es pas toute seule à avoir des problèmes de bagnoles dans l’coin. Mais j’peux demander au p’tit nouveau de s’en occuper pour toi. » Tu lu offres un sourire joueur. Tu sais que l’idée qu’un gamin avec peu d’expérience touchant à sa voiture ne peut pas plaire à Joe. Raison de plus pour le faire. « YOO, JOHNSON. Y’a la p’tite dame là qui a un problème avec sa voiture. Elle dit que la bagnole s’est soudainement mise à fumer. Tu peux y jeter un coup d’oeil pour moi? » Un garçon pas âgé de plus de dix-sept ans, encore bien de l’acné au visage avec une démarche nonchalante. Tu lui montres la voiture et il s’occupe à ouvrir le hood pour vérifier le problème alors que tu restes là, ton regard toujours porté sur la blonde devant toi, t’assurant de bien l’admirer de haut en bas, d’une manière moins que subtile. Pour un mec soit disant occupé, t’es pas pressé du tout de retourner à tes occupations. « Ton frère m’a dit que tu allais bien la dernière fois que j’l’ai vu. T’as l’air un peu pincée comme ça, mais apparemment que t’es toujours plutôt sympa. Sauf avec moi, apparemment. » Un autre sourire. Tu vas peut-être finir par recevoir une claque à être aussi insolant. Mais ce serait pas tout à fait la première fois avec la jeune Desmarais.

_________________
    - the kids aren't alright -
    you know i could use somebody


    fall to your knees bring on the rapture, blessed be the boys time can't capture on film or between the sheets, i always fall from your window to the pitch black streets. and with the black banners raised as the crooked smiles fade, former heroes who quit too late, just wanna fill up the trophy case again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

i'm a hurricane (devinsky)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INDIGO HOME. :: la ville :: ellis town-