AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)


Partagez | .
 

i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
esprit libre
avatar
◦ messages : 50
◦ avatar : crystal reed
MessageSujet: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   Sam 3 Jan 2015 - 1:55


Cléo Mellenböck
there is no sweeter innocence


✩ indolent compagnon de voyage.

âge › vingt-deux ans, bientôt vingt-trois date et lieu de naissance › trois mars mille neuf cent quatre-vingt-quatorze profession › étudiante en biologie, mais tu songes à changer d'orientation pour étudier la psychologie. peut-être que ça t'aiderait à comprendre ce qui se passe dans ta tête. situation amoureuse › tout nouvellement célibataire. espérons que ça dure cette fois-ci. orientation sexuelle › hétérosexuelle. ou peut-être bisexuelle. peu importe, en fait. ce que tu veux, c'est quelqu'un qui t'aime pour vrai. situation financière › la classe moyenne. papa et maman vivent plutôt bien, mais tu ne vis plus avec eux. ils t'aident quand les fins de mois sont plus serrées, mais sinon, tu fais avec ce que tu as, et ça te convient groupe › les contemplations avatar › crystal reed crédit › crystalreed.net

si tu devais te décrire en cinq mots, quels qu'ils soient, lesquels tu me donnerais ? › diaphanéité, désarroi, impuissance, amour & papillon, si tu devais m'emmener loin d'ici, où est-ce qu'on irait ? › je t'emmènerais rejoindre peter pan au neverland, là où on aurait la paix. où on serait pas obligés de grandir et de faire face à la vérité. si tu devais me lire une histoire, laquelle est-ce que tu choisirais ? › je te raconterais celle que tu veux entendre, parce qu'il n'y a que comme ça que tu serais satisfait


✩ ce roi de l'azur, maladroit et honteux.

Ce qui différencie les gens, ce ne sont pas les épreuves qu’ils traversent, c’est la façon dont ils choisissent de les traverser. Toi, tu choisis la beauté, la naïveté. Tu choisis de te mentir et d’ignorer tout ce que le monde a de laid. Tu fais pas comme plusieurs autres qui se créent une carapace ou s’apitoient sur leur sort. Tu plonges tête première dans ton innocence en espérant y trouver un peu de bonheur. Parce que de toute façon, pleurer sur son sort, ça reste pleurer. Toi, tu veux sourire, et tu vas te battre de toutes tes forces pour réussir.   T’es pas stupide pour autant. T’es même très intelligente : l’une des meilleures élèves de biologie. T’es limite un peu nerdy dans ton genre. En classe tu connais toutes les réponses, mais tu ne dis jamais rien, de peur d’avoir l’air ridicule.   T’es un peu timide, mais tu manques surtout cruellement de confiance en toi. D’ailleurs, ton manque de confiance en toi, c’est un grand problème. Tu cherches constamment quelqu’un pour te rassurer. Te dire que tu es assez bonne, assez belle. Assez bien. T’arrives pas à y croire toute seule. T’as besoin de quelqu’un qui t’aime pour réussir à t’aimer.   T’as un grand cœur. Peut-être un peu trop même. Et avec ta candeur, ça aussi c’est un problème. Ça fait en sorte que certains abusent de toi et de ta délicatesse.  Puis toi, tu pardonnes. Tu pardonnes encore et encore, parce que tu t’obstines à croire qu’il y a du beau dans chacun. T’es drôle, aussi. Parfois un peu à ton insu. Ce n’est pas ta naïveté qui fait de toi quelqu’un d’ennuyant.   T’es attachante, les gens t’aiment. Tellement qu’ils te pardonnent toutes tes maladresses et tes erreurs. Heureusement, parce que tu en fais pas mal. Surtout quand t’es nerveuse, et ça, ça arrive assez souvent. Tu deviens gauche, tu te mets constamment les pieds dans les plats, tu fais des gaffes, tu dis des bêtises, tu parles trop vite, puis après tu t’en veux. T’es lunatique, rêveuse. Tu te surprends parfois à t’imaginer dans un monde meilleur, où tous tes problèmes ne seraient que des mauvais rêves. Sauf que malheureusement, tes problèmes, ils te suivent. Ils sont bien réels. Même qu’ils portent un nom : Joey. T’as réussi à t’en sortir, à te débarrasser de la source de ces mêmes problèmes, mais tu vis continuellement dans la peur de replonger. Tu crains de retomber dans le panneau, de retomber dans les bras de celui qui t’a fait tellement de mal. Alors t’es anxieuse. Un peu traumatisée, aussi. Ça te fait faire des crises de panique de temps en temps. Dans ce temps-là, t’as de la difficulté à respirer. Tu fais des cauchemars à presque toutes les nuits. Impossible de dormir. L’insomnie a fait de toi sa meilleure amie. Donc le matin, en te levant, tu te drogues à la caféine, ce qui n’aide pas ton cas. Tu parles encore plus vite. T’es encore plus nerveuse. Encore plus hyperactive. Et tu racontes encore plus de conneries. T’as d’autres séquelles des quatre dernières années. T’arrives plus à regarder des enfants, par exemple. Ça te brise le cœur. C’est un peu ironique, quand on y pense, parce qu’au fond, t’es un peu une grande enfant toi-même. Mais c’est surtout triste, parce que tu aurais fait une mère très attentionnée. Au moins, t’as de la chance : t’as de bons parents. Tu es née dans une bonne famille. Une famille de la classe moyenne qui t’aime et te supporte. T’as de bons amis aussi. Alors malgré tout ça, tu souris. Tu fais comme s’il n’y avait rien, comme si tout était parfait. Et t’espères de tout ton cœur te mentir de façon assez convaincante pour un jour arriver à y croire complètement.


✩ ce voyageur ailé, gauche et veule.

i'm livin' in lucid dreams
J’ai treize ans. La vie va plutôt bien pour moi. Je réussis bien à l’école, les profs sont fiers de moi et ils me félicitent. Ils disent à Papa et Maman que je vais aller loin. C’est drôle, quand même, de dire ça en parlant d’un enfant de treize ans. Y’a tellement de trucs qui peuvent changer, tellement de trucs qui peuvent déraper. Mais bon, il paraît que je vais aller loin. Donc je m’en plains pas. Et Papa et Maman sont fiers de moi. Ils m’aiment beaucoup, ça j’ai rien à redire là-dessus. On forme une belle famille et on ne manque de rien. Tout est beau dans mon petit monde. Enfin, presque. Y’a quelque chose qui cloche. Même si j’ai juste treize ans, j’ai regardé assez de ces mauvaises téléséries américaines pour comprendre un peu la vie. Parce que oui, quand on est jeune, c’est comme ça qu’on en apprend sur la vie. Je suis peut-être parano. Qu’est-ce que j’en sais au fond ? J’ai juste treize ans. Mais voilà, j’ai l’impression que Papa trompe Maman. C’est peut-être dans ma tête. Probablement. Sauf qu'il part souvent pour le travail. Et ces jours-là, Maman est triste. Je crois qu’elle a deviné elle aussi. Elle ne dit rien, par contre. Puis on continue à vivre notre petite vie de famille nucléaire typique. Ça me va, j’aime mieux ça comme ça. J’aime mieux m’imaginer que je me trompe et que tout est parfait.

J’ai de la chance. Déjà à treize ans, j’ai de bons amis. Y’a Henry, par exemple. J’ai l’impression qu’on va rester copains un bon bout de temps. J’espère en tout cas. Il est très gentil avec moi, très attentionné. Et ça ne semble pas trop le déranger notre différence d’âge. Il a cinq ans de plus que moi. C’est bizarre, hein ? Un garçon de 18 ans qui reste ami avec une fillette comme moi ? Je comprends pas trop. Je passe mon temps à me demander pourquoi il perd son temps avec moi.  Mais ça fait longtemps qu’on se connaît, maintenant. Ça doit être pour ça. C’est le fils du patron de Papa. On s’est connus quand j’avais à peine sept ans, et trois ans plus tard, on est devenus inséparables. Y’a des fois où j’me demande ce que je ferais sans Henry.

Puis y’a Camil. Lui aussi je l’ai rencontré quand j’avais sept ans. Lui aussi il est plus âgé. Faut croire que je m’entends mieux avec les gens plus vieux. Avec les garçons plus vieux, en fait. Donc ça fait six ans que je connais Camil maintenant. Yep, je l’ai dit, je suis bonne à l’école. Les mathématiques compliquées, ça me fait pas peur. Six ans qu’on est copains, et environ un an que je ne peux plus supporter ça. Ça me fait mal d’être son acolyte plus jeune, sa petite complice dans toutes les conneries qu’il me fait faire. La petite qui le suit partout. J’crois que je l’aime. Je dis « je crois » parce qu’au fond, qu’est-ce que je peux bien savoir de l’amour à mon âge ? C’est probablement juste un petit crush. Un béguin d’adolescente en admiration devant son preux chevalier. Après tout, tout ce que je sais de l’amour, c’est ce que j’ai appris en regardant Papa et Maman. Je suis pas certaine que ça vaille de l’or.

between the lines of fear and blame
J’ai dix-neuf ans, maintenant. Plus rien n’est comme avant. Camil est parti. Du jour au lendemain, je n’ai plus eu de nouvelles. Ça fait déjà cinq ans, de ça. Je doute que je vais le revoir un jour. En tout cas, j’ai fait mon deuil. Après trois ans, j’ai arrêté d’attendre que mon prince charmant revienne vers moi. Je m’en suis remise pas trop mal. Henry est toujours là, lui, au moins.
Y’a Joey aussi qui m’a aidé à me remettre du départ de Camil. Bien sûr, il n’en a aucune idée. Je lui dirai pas, ça lui plairait pas. Déjà qu’il aime pas trop la relation que j’ai avec Henry. Il est un peu protecteur, Joey. Y’en a qui le qualifieraient de possessif, mais moi je sais que c’est pas que ça. Il m’aime. Il tient à moi. C’est juste qu’il a peur de me perdre. C’est pour ça que parfois il se met en colère. Contre moi ou contre les autres mecs. Il a un bon fond Joey, je le sais. Je le connais bien. Il n’est pas parfait, mais il n’est pas méchant. Et il me fait du bien, il me fait me sentir exceptionnelle. Qui est-ce qui dirait non à ça ? Il a juste un peu de mal à m’exprimer son amour de façon conventionnelle.

Ça fait deux ans que je suis avec Joey, et l’année dernière, je suis partie de la maison pour aller vivre en appartement avec lui. Papa trouvait ça un peu précipité, mais Maman était heureuse pour moi. Je crois qu’elle aime bien Joey, on doit avoir le même genre de goûts en matière d’hommes. D’ailleurs, lui aussi est plus vieux que moi de quatre ans. Faut croire que j’aime que les hommes de ma vie soient mes aînés. Les hommes de ma vie… Je crois que ça pourrait bien être Joey le bon. Je l’aime à la folie. Aveuglément serait un choix de mot encore plus approprié. Y’a pas grand chose que je ferais pas pour lui, pas grand chose que je ne lui pardonnerais pas.

Je dis ça, mais faut pas croire que tout est parfait. Y’a rien de parfait dans la vie, il faut s’avouer cette réalité. Ça veut pas dire pour autant que tout est mauvais. Donc avec Joey, y’a des hauts et des bas. Plus de hauts que de bas, heureusement. Pis quand y’a des bas, c’est pas plus grave que ça. Je mets des manches longues pour cacher les bleus et j’y pense plus.


as he begins to raise his voice, you lower yours and grant him one last choice
Je viens tout juste d’avoir vingt-deux ans. Je suis une adulte maintenant, paraît-il. J’ai plus d’excuses. C’est drôle, quand j’étais petite, j’avais hâte de grandir. J’avais hâte d’être une grande fille et de faire comme les grandes personnes. C’est le cas de pas mal d’enfants, je crois. Ce qui est dommage, c’est que l’âge adulte semblait tellement mieux vu de mes yeux de gamine. Tout est plus beau quand on est enfant, parce qu’on est pas nécessairement conscient de ce qui va mal. J’aime les enfants. Ou plutôt, j’aimais les enfants. Maintenant, j’suis plus capable de les regarder sans me mettre à trembler.

C’est con, je devrais pas me plaindre. J’ai pas le droit de me plaindre, y’a des gens qui ont de bien meilleures raisons que moi de le faire. J’en voulais pas d’enfants, pas avec lui. Ça faisait longtemps que tout le monde me disait que je serais mieux sans Joey. J’ai essayé de le quitter à quelques reprises, mais comme je peux être un peu stupide, je revenais toujours quand il me faisait ses excuses et ses yeux de chien battu. Qu’est-ce que je peux dire ? Je crois que je l’aimais malgré tout. Je l’aime encore un peu, j’pense. Sauf que j’en voulais pas de ce bébé, je l’aurais fait adopter. Lui non plus n’en voulait pas, il me l’avait bien fait comprendre. C’était accidentel. Mais il ne m’a pas cru. Il ne m’a pas cru quand je lui ai dit que c’était un accident, que j’avais pris toutes les précautions, comme d’habitude. Il croyait que c’était une manigance pour pouvoir le laisser et lui soutirer de l’argent. Comme si j’en voulais de son argent ! Il s’est mis à crier, à m’insulter. « Salope, menteuse, petite garce ». J’y ai goûté. J’crois qu’on a fait le tour du répertoire. Et c’est quand, pour la première fois en cinq ans, j’ai osé lui répondre que tout a dérapé. « J’ai pris la pilule à tous les matins, mais c’est pas infaillible ça. Si monsieur pouvait mettre son honneur de côté et porter de foutus condoms, on n’en serait pas là », que j’lui ai dit. J’arrivais pas à croire que ça sortait de ma bouche. Lui non plus, d’ailleurs. Ses yeux sont devenus noirs et ses joues en feu. Je ne l’avais jamais vu comme ça, et ce n’est pas peu dire. Ça m’a pris une fraction de seconde pour regretter amèrement tout ce que je venais de lui balancer au visage. J’avais peur. Merde, j’avais tellement peur. Pis j’avais raison d’avoir peur.

Le problème est réglé. J’sais pas s’il avait calculé son coup, mais si c’est le cas, c’est réussi. Y’en a plus de bébé, on peut passer à autre chose. Je peux passer à autre. Mon dieu, c’est tellement cliché que ça me donne envie de pleurer. J’aurais jamais cru me transformer en l’un des personnages de ces mauvaises téléséries américaines. Je crois que je comprends maintenant pourquoi tout le monde voulait m’éloigner de Joey. Et moi qui croyais qu’il m’aimait. Je crois que le plus honteux là-dedans, c’est que j’en suis encore convaincue. Mais c’est fini. J’veux pas, j’peux plus. J’peux pas me faire avoir une énième fois. J’les écouterai pas ses excuses, je ne répondrai pas à ses appels. J’vais faire la morte, faire comme s’il n’avait jamais existé. Bon plan, ça : ignorer, nier. J’en parlerai pas, j’vais essayer de ne même pas y penser. Et surtout, je vais lutter contre cette petite voix qui veut me faire retomber dans ses bras. Mais je sais pas par où commencer, je sais pas où aller. Ça fait plus de cinq ans que je vis avec lui et maintenant qu’il n’est plus là, je suis dans le néant. Bienvenue au Nowhereland, ma Cléo.

all will be alright, so sleep and just leave it all behind
J’approche de vingt-trois ans, et je tiens le coup comme je peux. Ça va pas si mal, en fait. Chaque jour j’ai le cœur un peu plus léger. Les nuits c’est une toute autre histoire, par contre. J’arrive plus à dormir, c’est infernal. Mes sweet dreams me manquent, maintenant j’fais que des cauchemars. Je rêve à lui, je rêve à des enfants. Il m’arrive même de rêver à moi-même, seule pour le reste de mes jours parce qu’il avait raison en disant que personne d’autre que lui voudrait de moi. Puis j’me mets à trembler, à avoir des sueurs froides et le souffle coupé. La première fois, j’ai cru que j’allais mourir. Tellement que j’suis allée à l’hôpital. C’est là qu’ils m’ont dit que c’était une « attaque de panique » et que j’allais pas en mourir. Je me suis sentie tellement ridicule. Pour être honnête, j’sais pas exactement ce que c’est. J’en ai entendu parler un peu dans mes cours, mais ça relève plus de la psycho que de la bio. Tout ce que je sais, c’est que je vivrais bien sans ça. J’ai toujours été de nature anxieuse et j’vivais bien avec. Jamais j’aurais cru que ça pouvait se rendre jusque là. J’imagine que je vais devoir apprendre à vivre avec ça aussi. J’peux le faire, je sais que je suis capable. Et de toute façon, j’ai pas trop le choix.

Alors pour m’aider à passer à travers mes nuits et me sentir moins seule, j’me suis acheté un chat. Je l’ai appelé Mousse-De-Bas, parce qu’il est tout poilu et trop mignon. Je l’appelle Monsieur Mousse. Sauf que Monsieur Mousse, il est indépendant, comme pas mal de chats. Il fait ce qu'il a à faire et vient me voir quand il a faim. Donc mon problème n’est pas tellement réglé. Peut-être que j’aurais mieux fait de m’acheter un chien.


✩ le poète est semblable au prince des nuées.

pseudo › j'en ai pô. faudrait que j'en trouve un, hein ? et à propos de toi ? › just the same old Juliette. sauf que ce que j'ai dis dans ma dernière fiche ne s'applique plus. j'suis officiellement tombée dans l'enfer des geeks. l'oiseau qui t'a porté au nid › Camil. Henry. Xander. Narcisse. pis Hippolyte. mon dieu... c'est la faute d'Hippolyte. le dernier mot avant ta liberté › ça suffit l'niaisage. j'veux rper.  

fiche (c) about today. citations (c) baudelaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
◦ pseudo : heart over mind.
◦ messages : 111
◦ avatar : jennifer lawrence.
MessageSujet: Re: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   Sam 3 Jan 2015 - 2:00

ouuuuuuh, un double-compte, vive les double-comptes.
crystal est tellement belle, viens ici que je te fasse des bébés. :gnutgnut: :gnutgnut: :gnutgnut:
tu sais où est ma boîte mp si tu veux quoique ce soit.
bonne chance pour cette fiche. I love you

_________________
    - in a river of tears -
    Love sinks and hope floats In a river of tears


    cry me a river, build myself a bridge i'm over this, can't let memories become the death of me. i'm glad to see everything that you are, and i believe that you are everything i needed, but i don't need no more. i'm going down, and you have watched me drown in a river of tears, lost beneath the stream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
référante
avatar
◦ pseudo : elephant song.
◦ messages : 94
◦ avatar : antoine-olivier pilon.
MessageSujet: Re: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   Sam 3 Jan 2015 - 5:33

ELLE EST LÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀÀ.
Je fais court parce que je suis fatiguée et que mon lit me fait de l'œil, je ne voudrais pas le faire attendre. /out/

REBIENVENUE CHEZ TOI. Longue vie à Cléo, pis j'ai hâte de voir ce que tu nous réserves. si t'as besoin de quoi que ce soit, tu sais où me trouver. Pis... Bien hâte d'en lire plus.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
◦ pseudo : SAILOR V.
◦ messages : 342
◦ avatar : xavier dolan.
MessageSujet: Re: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   Sam 3 Jan 2015 - 12:46

... Elle a le nom de la Cléo que j'ai connu il y a des années, mais c'est plus la même

Rebienvenue, ma chouquette
et bonne chance avec ton double-compte && on doit se trouver des liens qui pètent leurs races

jotem

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esprit libre
avatar
◦ messages : 50
◦ avatar : crystal reed
MessageSujet: Re: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   Sam 3 Jan 2015 - 16:47

Je saaaaais Val' affraid Ça me fait trop bizarre, mais je pouvais pas me défaire de ce nom. Je commence à m'y faire, et tu vas voir que Cléo 2.0 est aussi cool que l'originale

Merci pour tout cet amoouuuuur, j'vous z'aime et Cléo vous fait tout pleins de bébés :gnutgnut: :gnutgnut:

Pis je m'autorise à exiger des liens avec vous, s'tu clair ?

_________________


it's not always rainbows and butterflies

hey little girl, keep on smiling 'cause they don't want to hear you complaining. you're a lucky girl, your life is so exciting. so i'll keep on making bad jokes 'cause you think i'm strong, and it might be the way you like it. oh how i need you to like me.

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esprit libre
avatar
◦ pseudo : aza
◦ messages : 80
◦ avatar : Matt Smith
MessageSujet: Re: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   Dim 4 Jan 2015 - 20:22

rebienvenuuuue !! Joli choix de vava Smile

_________________

Life is just a game
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esprit libre
avatar
◦ messages : 50
◦ avatar : crystal reed
MessageSujet: Re: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   Dim 4 Jan 2015 - 21:34

Merciiii I love you

Bon bon bon. C'est à peine abusif... Mais j'ai déjà fini
C'est pas de ma faute, il y a du verglas dehors, j'avais rien de mieux à faire Arrow

_________________


it's not always rainbows and butterflies

hey little girl, keep on smiling 'cause they don't want to hear you complaining. you're a lucky girl, your life is so exciting. so i'll keep on making bad jokes 'cause you think i'm strong, and it might be the way you like it. oh how i need you to like me.

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
référante
avatar
◦ pseudo : blue walrus. (clo)
◦ messages : 564
◦ avatar : roo panes.
MessageSujet: Re: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   Dim 4 Jan 2015 - 22:08

Petite Cléo d'amour
Elle me brise autant le coeur que quand tu m'en avais parlé. Mais elle est toute cute. Xander va la faire rire, il va remettre de la joie dans son coeur. /out/

C'est parfait, en tout cas, j'ai adoré lire ta fiche. Je te valide, pis j'te mets ta couleur et je recense ton vava. Tu peux aller jouer. Amuse-toi bien avec ta belle Cléo. I love you I love you I love you

_________________
lone digger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
esprit libre
avatar
◦ messages : 50
◦ avatar : crystal reed
MessageSujet: Re: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   Lun 5 Jan 2015 - 23:11

J'avais même pas vu çaaaa
Merchiii I love you Le coeur de Cléo ne sait plus quoi faire de toute cette affection !
Sur ce, j'vais commencer notre rp Xanéo. Qu'il se prépare à répandre la joie !

_________________


it's not always rainbows and butterflies

hey little girl, keep on smiling 'cause they don't want to hear you complaining. you're a lucky girl, your life is so exciting. so i'll keep on making bad jokes 'cause you think i'm strong, and it might be the way you like it. oh how i need you to like me.

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)   

Revenir en haut Aller en bas
 

i can't hear the music ∞ (c. mellenböck)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INDIGO HOME. :: essais publiés-